Se libérer du regard de l’autre | 3 astuces faciles

Aucun être humain n’échappe au jugement des autres, peu importe où il se trouve et quelles que soient ses coutumes.

Et si nous étions nos propres juges qui, au-delà du regard de l’autre, portent l’attention sur ce que nous faisons ou pas, ce que nous sommes et ce que nous aimerions être ?

La plupart des peurs viennent de ce terrible regard posé sur soi. 

Ne dit-on pas qu’il n’y a pire juge que soi ? Pourtant, en reconversion professionnelle, le premier juge est soi-même !

Dans ce nouvel article, vous verrez pourquoi on n’échappe pas à ce mécanisme psychologique qui peut nous freiner dans la vie. Vous allez apprendre à l’apprivoiser, à vous détacher du regard de l’autre et à reprendre confiance en vous, pour enfin accéder à la vie que vous aimeriez vivre ✨.

Pourquoi le jugement des autres a autant d’importance ?

Soyons honnêtes, nous vivons avec le regard de l’autre en permanence. Tout simplement, parce que nous sommes des êtres humains et que nous avons besoin de liens sociaux pour vivre et nous sentir épanouis. Alors dire que l’on passe complètement outre l’approbation de l’autre, serait mentir. 

Depuis notre naissance, nous nous construisons avec le regard de notre entourage, à commencer par nos propres parents.

Ils deviennent un modèle pour nous et c’est naturellement que nous mimons leurs gestes, que nous absorbons leurs états d’âme. En grandissant, nous voulons plaire à nos parents, puis à nos amis et à tous ceux que nous rencontrons. C’est un mécanisme inné que nous mettons en place, la plupart du temps, sans en prendre conscience. 

Suivant l’éducation qui nous a été transmise, ce jugement d’autrui peut être plus ou moins bien vécu. Il prend parfois une place trop importante dans notre vie, notamment à l’adolescence où le changement du corps vient chambouler notre quotidien. Puis, à l’âge adulte, où nous nous sommes construits avec ce besoin de plaire pour ne pas décevoir. C’est là que la vie peut devenir un enfer si on est prisonnier du « qu’en dira-t-on ? ».

Lorsqu’à 30 ans, 40 ans ou plus, on décide de changer de vie professionnelle, ces peurs peuvent ressurgir puissance mille ! Elles viennent souvent de l’enfance et elles sont, parfois même, ancrées dans un lien transgénérationnel (concernant toutes les générations, tous les âges).

Alors, la première chose à faire va être d’identifier ses peurs et de les apprivoiser.

Comment est-ce possible ? C’est ce que nous allons voir ci-dessous 😉

3 astuces pour ignorer le regard d’autrui

Personne qui se Fait Juger

Vous avez enfin pris la décision de vivre comme vous l’entendez ? Vous envisagez de changer de métier ?

C’est à la fois excitant, car c’est ce dont vous rêvez depuis si longtemps, et (parfois) terriblement angoissant.

Mais que va penser mon entourage ? Comment leur annoncer que je quitte mon travail pour vivre ma passion, sans me sentir jugé ? Autant de questions qui vont sûrement vous faire perdre vos moyens et parfois même saboter votre ambition.

Pourtant, avec un peu d’entraînement et de mise en situation, vous pouvez affronter le regard des autres tout en vous affirmant. Voici 3 astuces qui vont vous aider à passer au-dessus du jugement des autres :

1. Croire en son projet

Comment voulez-vous convaincre vos proches que votre décision de changer de vie est la bonne si vous-même, vous ne croyez pas en votre projet de reconversion professionnelle ? C’est, en effet, la première étape indispensable pour se confronter au jugement des autres.

Si vous ne savez pas encore quoi faire, il est temps de prendre du recul sur votre situation et de poser par écrit vos souhaits. En matérialisant vos ambitions, il est fort probable que vous ayez un déclic et que votre projet se dessine devant vous naturellement.

Si malgré cela, vous ne trouvez pas votre voie, vous pouvez vous faire accompagner par un coach en reconversion professionnelle qui saura vous aider à trouver votre chemin et à vous épanouir ✨.

Une fois le projet déterminé, il est temps de le peaufiner grâce à des formations et de l’entraînement. « C’est en forgeant que l’on devient forgeron », comme dit le proverbe.

Alors, arrêtez de procrastiner et mettez-vous en ACTION aujourd’hui ! Vous pouvez, par exemple :

  • utiliser votre compte professionnel de formation (CPF) pour vous perfectionner dans le domaine que vous avez choisi ;
  • effectuer un stage en entreprise pour vous confronter à la réalité du métier ;
  • vous lancer à votre compte pour vous sentir maître à bord de votre nouveau navire et acquérir de l’expérience dans l’entreprenariat ;
  • décider de prendre une année sabbatique pour élargir votre vision de la vie et revenir avec de nouveaux projets.

Le champ des possibles s’ouvre à vous dès que vous décidez de croire en votre projet. N’oubliez pas que le regard de l’autre est une projection de sa propre image et qu’elle est faussée. Alors, comment être plus indulgent avec soi-même ?

Guide Trouver sa Voie

2. Être moins dur avec soi-même

La deuxième étape de cette transformation professionnelle est d’être plus souple avec soi.

Commencez par accepter qui vous êtes, votre différence, vos imperfections, et jusqu’à même vos émotions. Pour cela, il existe de nombreuses méthodes de relaxation et d’acceptation de soi que vous pouvez tester.

Je vous conseille de faire des exercices de méditation et de respiration pour apprendre à vous détendre et à lâcher prise, un sport que vous aimez ou alors, des arts martiaux qui vous aideront à gérer vos émotions.

Se confronter au regard de l’autre dans sa vulnérabilité est un moment extrêmement angoissant pour tout être humain. Dans notre société moderne, on apprend à tout contrôler et à ne rien montrer, surtout pas nos états d’âme. La maîtrise des émotions est chamboulée dès notre enfance de par notre éducation et par les codes sociétaux. L’expression de soi est souvent bafouée au détriment du regard collectif.

« Tu dois bien te tenir à table… ne pas couper la parole aux adultes… sois sage à l’extérieur… tu dois être poli, calme et souriant… tiens-toi droit… » Qui n’a jamais entendu ces paroles de la bouche des parents ? L’importance du bon comportement en société nous vient de loin et nous l’appliquons automatiquement lorsqu’on est à plusieurs. À tel point, qu’on n’y prête plus d’attention. Il en est de même avec nos envies, nos ambitions, elles sont souvent réfrénées à cause du « Qu’en dira-t-on ? ».

Alors, si nous commencions par nous lâcher la grappe et nous apporter amour et bienveillance ? 🙏🏼 Apprendre à savoir qui je suis, qu’est-ce que j’ai vraiment envie de faire ?

Voici des questions existentielles qui sont importantes. Vous verrez qu’en agissant ainsi, les autres suivront. « Je est l’autre », disait Rimbaud dans son célèbre ouvrage. Et si l’autre n’était qu’une version faussée de moi-même ? 😉

3. Regarder l’autre tel qu’il est

Regard de l'Autre

La troisième étape de ce processus consiste à regarder l’autre tel qu’il est au fond de lui et non pas tel que nous souhaitons qu’il soit.

Là encore, c’est un long chemin pour arriver à accepter l’autre dans sa différence et son intégralité sans faire de transferts.

Le plus important est de se dire que l’on ne peut pas empêcher l’autre de penser des choses sur nous, de nous juger, et même d’être en désaccord.

Chacun a le droit de penser ce qu’il veut et l’autre existe différemment de moi. Commencer à se détacher de l’autre, surtout lorsque la relation est intime, est une méthode essentielle pour reprendre confiance en vous, en vos capacités à suivre vos rêves et à positiver.

Prenons un exemple concret : vous venez d’annoncer à votre famille que vous quittez votre situation confortable pour vivre la vie dont vous rêvez depuis longtemps. Vous lisez et interprétez sur leur visage la peur, la méfiance. Ils vous disent que c’est de la folie, que vous faites une grave erreur et que vous finirez par le regretter…

Ça vous parle ? Comment vous sentez-vous à ce moment-là ?

Cas n° 1 : vous êtes déçu par votre entourage, car vous pensiez être soutenu et c’est tout le contraire. Vous ressentez de la colère, puis de la tristesse. Vous ressassez leurs paroles blessantes, vous pensez qu’ils ne croient pas en vous, en vos capacités, ni vos compétences. Vous finissez par vous dire que vous êtes nul et vous commencez à douter de votre projet. En plein syndrome de l’imposteur, vous abandonnez votre projet pour ne pas les décevoir et revenez à la case départ en avalant vos frustrations. Le pseudo-jugement de l’autre semble avoir gagné.

Cas n° 2 : vous comprenez leurs angoisses vis-à-vis de ce bouleversement soudain. Vous prenez cela pour de l’amour et de la bienveillance. Vos proches s’inquiètent pour vous, car ils veulent votre bonheur, et c’est naturel de s’inquiéter face à l’inconnu. Vous les laissez réagir à l’annonce et, comme vous êtes sûr de vous et de votre projet, vous faites en sorte de les rassurer.

Pour cela, vous leur montrez que vous avez longuement mûri ce projet, que vous vous êtes formé si c’est le cas, que vous vous êtes entraîné ou que vous avez évalué vos talents en faisant un bilan de compétences, par exemple. Laissez-leur du temps pour accepter votre changement de vie et continuez à œuvrer pour votre avenir professionnel. Vous prouvez ainsi que vous vous êtes libéré du jugement des autres, car vous avez su mettre en place des actions pour concrétiser votre projet, ce qui vous a donné confiance. 😃

En acceptant l’autre tel qu’il est, vous le comprenez mieux et son jugement devient moins douloureux, plus facile à appréhender.

Mot de la Fin

En résumé, le jugement de l’autre est inévitable. Il n’y a pas pire juge que soi, mais on doit aussi accepter l’autre dans sa globalité. Pour changer de vie en se détachant du regard d’autrui, il est essentiel de faire un travail sur soi, comme :

  • savoir qui on est et ce qu’on veut, puis croire en son projet ;
  • être plus souple avec soi ;
  • accepter l’autre dans son intégralité et laisser glisser ses réflexions.

Évidemment, vous n’échapperez pas aux jugements malveillants de certaines personnes. Mais posez-vous la question de savoir pourquoi elles agissent ainsi. Elles ont visiblement un mal-être, mais ça n’est pas votre problème, chacun doit faire son chemin.

La seule chose qui vous importe est de réaliser votre rêve et vous allez y arriver en les ignorant. Si vous souhaitez vous faire accompagner dans ce changement de cap, contactez-moi 📲 et regardons ensemble dans la même direction.

Accompagnement Coaching Reconversion Professionnelle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.